La meuf inspirante du mois #14 – Camille Genau

Ils sont connus, reconnus, blâmés, sacralisés ou aimés. Les téléspectateurs les suivent quotidiennement à travers leurs personnages phares. Ils portent, bien souvent et malgré eux, une image qui ne les représente pas. Les comédien(ne)s de séries à succès doivent ainsi faire face à une notoriété grandissante et pas toujours évidente à gérer. J’ai donné la parole à Camille Genau, comédienne dans la série de TF1 : « Demain nous appartient » . Elle m’a racontée ses premiers castings, son quotidien dans la série et sa façon d’appréhender le regard des gens.  

© Jérôme Cuenot

Lise : Hello Camille ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Camille : Moi c’est Camille Genau, j’ai 23 ans et je joue dans la série « Demain nous appartient » depuis plus de deux ans et demi. J’ai commencé dans la série à son lancement. C’était intéressant d’être là à ses débuts car nous ne savions pas l’accueil qu’allait avoir ce projet.

Avant mon arrivée dans la série, j’étais en BTS Communication puis attachée de presse. J’ai fait les Cours Florent jusqu’à mon bac et j’ai ensuite voulu avoir un bagage au cas où les choses ne se passent pas comme prévu.

Tout en travaillant, je continuais à passer des castings et j’ai été prise dans la série « Demain nous appartient ».Il faut savoir que depuis l’âge de 14 ans, j’essayais d’en passer mais en vain.

 Lise : As-tu un souvenir marquant à me raconter lors d’un de tes castings ?

C. : Je vais te raconter celui de Demain nous appartient. J’ai appris le jour-même que je passais le casting pour l’un des rôles principaux d’une nouvelle série de TF1 qui allait au moins durer 6 mois. J’étais convaincue que j’allais le rater comme j’avais loupé les précédents.

Je suis donc partie plus tôt du travail et me suis prise la tête avec ma patronne de l’époque. Je n’étais pas du tout dans un bon état d’esprit ! J’étais super énervée contre moi-même et la situation ! Au final, j’ai eu le casting car je n’ai pas fait semblant et c’était exactement ce qu’ils attendaient de moi.

Conclusion de l’histoire : soyez spontané(e) lorsque vous passez des castings !

« Quand j’ai commencé dans la série, j’avais 20 ans. Je ne savais pas vraiment ce qu’était la notoriété. Tant que tu ne l’as pas vécu, tu ne sais pas vraiment ce que c’est…»

Lise : Quelle est ta journée type quand tu es en tournage ? As-tu des routines qui se sont instaurées ?

C. : Mon arrivée dans la série s’est déroulée en deux temps. La première fois, je suis restée un peu plus d’un an, j’ai fait une pause de 10 mois et suis revenue depuis juin dernier.

Avant ma coupure, je n’avais pas du tout de routine. J’avais tendance à ne pas trop me mettre de restrictions en terme d’horaires. Sauf que sur le long terme, ce n’était pas vraiment un bon plan !

Depuis mon retour, je me lève 1h30 à 2h avant de partir. Je fais 20 minutes de sport,  des exercices de respiration et prends mon café avec ma clope. Je prends du temps pour moi avant d’entamer des journées intenses.

 

© Jérôme Cuenot

Lise : Tu passes une grande partie de ton temps à apprendre et mémoriser des textes. As-tu des tips pour booster la mémoire ?

C. Je sais que j’ai des facilités à apprendre car j’ai une bonne mémoire visuelle. Généralement je les lis plusieurs fois. Au fur à mesure, j’arrive à les imprimer visuellement avec la continuité et la logique des phrases.

 Lise : Quelles rencontres ont bouleversé ta carrière ? Pourquoi ?

C. Plusieurs rencontres m’ont marquée dans la série « Demain nous appartient ». Il y a des gens que l’on voit à l’écran et d’autres pas. Il faut savoir qu’en plus des comédiens, il y a, à chaque fois, une trentaine de techniciens. Je passe beaucoup de temps avec eux.

Au niveau des comédiens, je m’entends bien avec Hector Langevin, Kenza Saïb Couton et  Raphaële Volkoff. J’ai également bien accroché avec certains réalisateurs qui m’ont fait voir différemment le métier de comédienne. Ils m’ont fait prendre confiance en moi, ont mis en lumière mes points positifs.

« Les deux thématiques que j’ai eu à traiter m’intéressaient ! La première intrigue mettait en avant la violence de mon père envers ma mère. J’étais fière que ce sujet puisse être abordé et d’y être directement confrontée. »

Lise : Peux-tu me parler de ton rapport à la notoriété ? Comment la gères-tu ? N’est-ce pas trop dur d’y être confrontée du jour au lendemain ?

C. : Quand j’ai commencé dans la série, j’avais 20 ans. Je ne savais pas vraiment ce qu’était la notoriété. Tant que tu ne l’as pas vécu, tu ne sais pas vraiment ce que c’est… Au début, mon égo était flatté… Je t’avoue que la première fois qu’une jeune fille m’a demandée un autographe, j’étais surprise ! (rires)

Pendant les premiers mois, j’ai clairement kiffé ! Au fur et à mesure, je me suis rendue compte que ce n’était plus moi qui avait la mainmise sur mon image. Par exemple, je ne pouvais pas changer de tête dans la rue, le jour où je ne voulais pas que l’on vienne me parler !

J’ai dû apprendre énormément sur moi-même pour arriver à gérer toutes ces émotions. Les gens voient une image de toi qui n’est pas forcément la tienne car ils ne te connaissent pas. Ils t’idéalisent à travers un rôle mais qui n’est pas toi.

Il y a tout de même beaucoup de positif ! Les gens nous donnent beaucoup d’amour ! Il faut juste réussir à trouver le juste milieu.

© Jérôme Cuenot

Lise : Et le jugement des gens sur les réseaux sociaux, ça te touche ?

 C. À mes débuts, je regardais les commentaires pour avoir des retours concernant mon travail et les séquences dans lesquelles je jouais. Les gens ne sont pas forcément tendres sur les réseaux sociaux. Je les prenais à cœur mais je m’en suis vite détachée car je me suis rendue compte que les gens n’avaient pas forcément un point de vue objectif. Lorsqu’ils parlaient de Sara, mon personnage, ils ne parlaient pas automatiquement de Camille. Je suis confrontée à cette situation depuis 3 ans donc je commence à prendre du recul.

Parfois, lorsque les commentaires vont trop loin et touchent des principes que je défends comme des propos homophobes ou racistes, je réponds à ces derniers. J’ai beaucoup de mal avec la critique en général sur les réseaux sociaux ! Ce n’est pas parce qu’une insulte est dites derrière un ordinateur qu’elle va faire moins de mal qu’en vrai.

 Lise : Quelles thématiques es-tu fière d’avoir abordé dans la série ?

C. J’ai eu de la chance ! Les deux thématiques que j’ai eu à traiter m’intéressaient ! La première intrigue mettait en avant la violence de mon père envers ma mère. J’étais fière que ce sujet puisse être abordé et d’y être directement confrontée.

Plus récemment, j’ai été en couple avec une fille (Raphaële Volkoff) dans la série… J’étais touchée de recevoir des messages de téléspectateurs qui me remerciaient car l’intrigue leur avait permis de mieux s’assumer. 

« Je voudrais vraiment rester sur des tournages de fiction. Le long métrage me plairait car le format change et ce n’est pas du tout le même fonctionnement qu’une quotidienne. »

Lise : Ressens-tu une compétition entre comédien(ne)s dans la série ?

C. : Pour ma part, je préfère avancer en créant une cohésion d’équipe avec mes partenaires de jeux. Dans la série, nous sommes tous très proches comme une famille. Dès que tu as besoin d’aide ou pas, les gens sont là. Quand tu es loin de chez toi, c’est agréable d’avoir une telle ambiance.

 Lise : Penses-tu que d’avoir joué dans Demain nous appartient peut te fermer des portes pour la suite ?

 C. : Non je ne pense pas… Aujourd’hui, de plus en plus de passerelles se créent ! J’ai des copains comédiens de la série qui ont joué dans des longs métrages ! Ce n’est plus du tout un poids de tourner à la TV et dans une série quotidienne. Je pense que c’est même une chance car elle te met en avant.

© Jérôme Cuenot

Comme beaucoup de comédien(ne)s, tu es accompagnée par une agence. Quelles sont ses missions ? Comment t’accompagne-t-elle dans ton quotidien ?

C. :  Je suis représentée par Les Agents Associés et Julie Artero en particulier. Ses missions sont de me mettre en relation avec les directeurs de casting, mais aussi de me suivre une fois que je suis sur un tournage.

Par exemple, si tu as un problème avec une production ou une négociation de contrats à faire, c’est par l’agence que ça passe. C’est en quelque sorte ton avocat. Donc ça c’est en théorie, après en pratique je sais que je suis personnellement assez proche de Julie et notre relation ne s’arrête pas aux négociations de contrats. Si j’ai des doutes ou remises en questions personnelles ou professionnelles je sais que je pourrais l’appeler, elle sera toujours de bon conseil.

Lise : Quel serait ton rôle rêvé ?

C. : Écoute, je ne sais pas trop ! J’ai plusieurs phases, parfois j’ai envie de jouer des meufs méchantes ! Il y a un côté intéressant car tu peux jouer des scènes que tu ne ferais pas dans la vie !

Comme beaucoup de comédiens, j’aimerais beaucoup faire du long métrage ! Emmanuelle Bercot est l’une de mes références en tant que réalisatrice et comédienne. J’adorerais tourner avec Jean Reno, je le trouve juste dingue ! Il dégage un charisme de folie à l’écran ! Dans un autre style, je trouve qu’Adèle Haenel est une actrice incroyable.

Lise : Tu joues en ce moment dans une série à succès, as-tu envie de te diversifier ?

C. : Pour l’instant, le théâtre n’est pas mon domaine de prédilection. Je voudrais vraiment rester sur des tournages de fiction. Le long métrage me plairait car le format change et ce n’est pas du tout le même fonctionnement qu’une quotidienne. Je pense de plus en plus à la réalisation d’un long métrage. J’écris beaucoup en ce moment…

Lise : Quels sont tes projets pour la suite ?

C. Continuer les tournages pour « Demain nous appartient » et passer des castings !

Lise : Quels sont tes bons plans confinement ?

C. Je prends soin de moi : sport, méditation, lecture… Je lis beaucoup de livres de développement personnel. J’ai lu récemment « La nuit des temps » de René Barjavel, il est top !

Lise : As-tu un message à faire passer aux lectrices/lecteurs  pour conclure ?

C. : Prenez soin de vous et ne lâchez jamais l’affaire quand vous avez un projet en tête !

© Jérôme Cuenot

Où retrouver Camille Genau ? 

Instagram

A la TV : Dans la série Demain nous appartient sur TF1 (momentanément déprogrammée)

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Résoudre : *
2 × 3 =