Déconnexion totale : vers l’infini et au-delà !

À Paris, tout va vite : le métro, les gens, le temps, la vie. T’es over-connecté(e), sans l’être vraiment. C’est cool d’être connecté aux autres, mais le plus important est de l’être à soi-même. 

On se perd souvent dans ce flot de mails, notifications, textos, appels manqués (mais voulus). La vie, ce n’est pas que des rendez-vous planifiés à la seconde près avec des gens précis. La vie, c’est un mélange de hasard, d’adrénaline, de rencontres improbables, de voyages, de fun et surtout de rire. 

À Paris et même ailleurs, tout va vite mais c’est tellement monotone : se lever, checker ses réseaux, aller au travail, rentrer et se coucher. Est-ce que tu crois que tu vas supporter longtemps cette routine  ? Non. Alors (on) danse, sors, cours, mange, enivre toi d’amour, dis aux gens que tu les aimes, crée, réalise tes rêves, écoute de la musique pendant des heures, rentre tard, dors (un peu quand même!). Sois vivant(e)! Tu verras la vie sera plus belle.

Ce soir, j’ai rencontré un mec, un coiffeur dans un bar. Il va me coiffer pour un showroom. Rencontre improbable, c’est ça la vie.

Réveille toi! Tu ne vis qu’une fois et crois-moi, c’est bien trop court. 

Essaye de te déconnecter au maximum de tous ces réseaux polluants, qui sont pires que l’air ambiant Parisien. Le week-end, évade toi, détache toi de ce milieu superficiel qui fait croire aux autres que ta vie est parfaite (alors qu’en fait pas tant que ça).

En passant par ce biais là, tu peux ainsi te connecter avec toi-même : t’écouter, ressentir des émotions présentes, prendre des décisions. Se retrouver seul avec soi même, peut permettre de faire le vide et de repartir sur de nouvelles bases.

À Paris, tout va vite. « T’instagrammes », tu « snapchattes », tu « facebookes » tes moindres faits et gestes (ouai j’ai bien conscience que j’en fais partie! Ahah) mais est-ce vraiment ça la vraie vie ? Pour ma part, les réseaux sont des outils de communication pour mon blog et mon engagement féministe. Mais je me surprends à faire des stories inintéressantes : Lise prend le métro, Lise prend le train, Lise mange une crêpe ! (Ma vie est passionnante, je sais.) En visionnant celles des autres, j’ai l’impression de m’infiltrer dans leur vie telle une espionne. Je ne sais pas si c’est malsain ou normal, mais c’est le monde parallèle des réseaux sociaux. 

En conclusion, ma philosophie est de vivre dans l’urgence comme si tout pouvait s’arrêter du jour au lendemain. 

En visionnant cette vidéo (Cliquez ici), je me suis dit : « Bordel mais oui c’est ça la vie! » Et j’ai écrit cet article. 

Cal Newport ne s’est jamais inscrit sur aucun réseau social, il nous explique pourquoi. (Il m’a quasi convaincu!) 

#LaMeufAFrange

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Résoudre : *
17 − 8 =