La meuf inspirante du mois #15 – Julia Albert-Goldman

Créatrice de son agence et de son podcast, Julia Albert-Goldman est une super business woman. Ensemble, nous sommes revenues sur son parcours, le développement de son agence et sa vision de l’influence.  

Lise : Hello Julia, peux-tu te présenter ? Comment en es-tu arrivée à créer ton agence ?

Julia : Hello Lise, moi c’est Julia Albert-Goldman, 31 ans et originaire de Cannes. Je vis depuis 13 ans à Paris. J’ai fait l’EFAP pendant 4 ans et me suis lancée dans la vie active en tant qu’attachée de presse. J’ai commencé à travailler pour ma tante chez l’agence Patricia Goldman International spécialisée dans les relations presse ;

J’ai eu l’opportunité de gérer des clients médias comme Vogue, Glamour, Elle, Télé Magazine et des évènements tels que le défilé Etam, la soirée du Sidaction, des soirées lors du Festival de Cannes…

Je suis également passée par de la communication plus institutionnelle avec notamment Dailymotion et SNCF.

En 2011-2012, j’ai suivi de prés l’effervescences des blogs, cette nouvelle tendance qui était en réalité un moyen additionnel de communiquer autour d’une marque, service ou encore événement.. J’ai pris le temps de rencontrer bon nombre d’entre elles :  Kenza , Fanny B , Vanessa Perroud. L’idée était de comprendre, d’appréhender leur champ d’action et de mesurer quelles étaient leurs valeurs ajoutées pour nos clients actuels. 

À cette époque, nous avions rencontrés un certain nombre de « no go » de la part de nos clients encore assez retissants face à l’investissement que cela pouvait représenter.

J’ai ensuite eu l’opportunité d’entrer dans le monde de la mode pour la marque française Lancel. J’ai occupé le poste d’attachée de presse pour la marque et développé toute la partie influence. J’organisais des rendez-vous au Showroom, présentais aux blogueuses la nouvelle collection, gérer l’image de marque sur les réseaux sociaux. Au bout de 5 mois, convaincue de l’importance de ce nouveau champ de communication, j’ai signé mon premier contrat en tant que free-lance .

Se sont enchainées des collaborations avec d’autres jolies marques telles que Sud Express avec qui j’ai travaillé pendant 2 ans pour la partie Influence et réseaux sociaux.

Parallèlement, j’ai atteint le plafond entrepreneur de 32 900€ à l’époque. La décision est rapidement venu de créer ma propre societe. C’était en janvier 2016.

Au final, l’agence s’est développée assez rapidement. Au début, j’ai beaucoup travaillé avec de jeunes entrepreneurs pour les aider à booster leurs notoriéte et donc en finalité leurs marques. Puis j’ai eu des clients un peu plus installés comme Beaugrenelle, Christophe Robin, Kookai…

Lise : Comment s’est passé le développement de ton équipe ?

J. : L’aspect nouveau et plutôt cool des réseaux sociaux a fait que je recevais regulierement des candidatures spontanées. Mon point fort a été de communiquer efficacement sur Instagram. En tant qu’agence, je n’intéressais pas seulement les professionnels mais également le grand public.

Un jour, j’ai reçu un e-mail d’une free lance nommée Marie-Aure avec qui je travaille toujours. Nous nous sommes rencontrées et le feeling est super bien passé. C’était le plus important pour moi ! Plus tard, j’ai recruté une équipe dédiée à l’influence et aux relations presse.

« C’est l’un des projets qui me nourrit le plus ! Je n’aurais jamais imaginé être aussi inspirée par des gens que je rencontre à travers mon podcast ! »

Lise : Tu accompagnes des influenceurs au quotidien, quelle relation as-tu tissé avec eux ? Comment les accompagnes-tu ?

J. : L’agence propose deux accompagnements distincts. Le premier est le réseau de l’agence constitué d’une centaine d’influenceurs féminins ou masculins qui peuvent être spécialisés dans le lifestyle mais aussi dans la food, le sport, le zéro déchet… Ce sont des personnes avec qui je prends régulièrement le temps de déjeuner, d’inviter à des évènements, d’échanger par téléphone, textos ou e-mails… L’objectif est de tisser un véritable lien. Certaines blogueuses sont d’ailleurs devenues de véritables amies.

Parallèlement, j’ai accompagné plusieurs influenceuses de 2017 à 2019 principalement sur la gestion de leurs partenariats avec les marques. Il y a eu Natacha Birds puis Zoé Bassetto, Doris Blanc Pin et Estelle Segura. En mai 2019, j’ai pris la décision de me spécialiser dans des prestations exclusivement pour les marques.

Depuis 3 mois, j’ai repris l’accompagnement auprès d’influenceurs notamment avec Camille (@jemenbatsleclito) mais la gestion de partenariats a une autre dimension car c’est une personnalité publique et engagée, et je gère des projets sur plusieurs plateformes de communication. Il y a des choix stratégiques à prendre sur le long terme qui impacteront la société.

Aujourd’hui, j’ai envie de m’engager en travaillant avec des marques éthiques. J’aime quand mes valeurs sont en corrélation avec les marques pour lesquelles je travaille ; cela donne un sens tout autre à mes missions.

Lise : Parallèlement à ton agence, tu as créé ton podcast intitulé « Julia donne le ton » dans lequel tu invites des influenceurs et entrepreneurs. Qu’as-tu pu apprendre à travers tes différentes rencontres ?

J. : C’est l’un des projets qui me nourrit le plus ! Je n’aurais jamais imaginé être aussi inspirée par des gens que je rencontre à travers mon podcast !

Je suis aussi ravie de recevoir autant d’entrepreneures « en herbe », que d’autres dont la marque ou le lieu sont très implantées, qui ont envie de partager leurs expériences.

J’essaye de réfléchir à des questions pertinentes que je me serais posée au tout début du lancement de ma propre entreprise.

Et je mets l’humain en avant en questionnant mes invités sur leur gestion du stress, la notion de succès, leur mantra du quotidien…

Lise : Tu leur poses souvent la question si l’appellation « influenceurs » leur convient. Et toi, quelle est ta vision ?

J. : De plus en plus, j’utilise le terme « talents créatifs » dans mes propositions clients car ce sont avant tout des personnes qui ont réussi à fédérer une communauté autour d’eux tout en proposant sans cesse de nouvelles idées, des contenus innovants.

Lise : Tu travailles pour le compte de belles marques comme Lancel, Réjeanne, Aime… Quels critères prends-tu en compte pour le choix des marques que tu représentes ? As-tu un critère éthique qui rentre en compte ?

J : Je me base principalement sur l’engagement, la philosophie, les valeurs et l’ADN de la marque. Les domaines de la beauté et bien-être m’intéressent particulièrement et je m’y dirige assez naturellement.

Lorsque le client n’est pas spécialement engagé, nous en discutions et lui proposons des idées novatrices.

Lise : Quelles actions sont plus percutantes aujourd’hui pour mettre en avant un produit/un service sur les réseaux sociaux ?

J. : Au-delà du contenu, c’est plus le discours qui peut faire la différence. Il faut être dans des échanges vrais, authentiques.

Selon moi, les comptes qui cartonnent sont tenus par des personnalités qui montrent leur vraie vie et non une vie rêvée.

« Mes conseils seraient de toujours se surpasser pour créer de jolis contenus ou avoir une ligne éditoriale claire et authentique. »

Lise : J’ai lu un article intéressant sur Konbini qui parlait du business de l’influence sur Instagram. Et la citation suivante m’a interpellée : « Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui est faux ? Comment bat-on les algorithmes ? Qui bénéficie réellement de ça ? Et comment tout cela influence l’utilisateur moyen d’Instagram ? » As-tu un avis tranché sur ces différentes problématiques ?

J. : C’est un peu compliqué d’y répondre… Avant le confinement, je discutais avec Julie Pellet, Responsable du Développement chez Instagram, pour justement l’inviter à venir répondre à ces questions dans un épisode du podcast. Parler de l’algorithme, de la disparition des likes, de la certification… Je pense que l’épisode va plaire aux marques comme aux influenceurs.

Mes conseils seraient de toujours se surpasser pour créer de jolis contenus ou avoir une ligne éditoriale claire et authentique.

Encore une fois, c’est ce qui fait la différence.

Lise : Pour conclure, un message à faire passer ?

J. : Prenez soin de vous !

Où retrouver Julia ? 

Site de l’agence

Instagram 

Son podcast

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Résoudre : *
3 − 2 =