Coup de cœur Instagram : @julietteveutdusoleil !

Elle est douce, talentueuse, et ses mots vous transporteront à coup sûr. Je vous présente Juliette Sophie Pujol (@julietteveutdusoleil). Sur son compte, elle allie illustrations, textes et photographies, bienvenue dans son univers ! 

Lise : Hello Juliette, peux-tu te présenter ? 

Juliette : Je m’appelle Juliette, j’ai 23 ans. J’ai fait une licence d’architecture à Lyon et je suis rentrée à Toulouse. Je suis dans l’entre deux car en septembre, je commence un BTS design graphique. Je voulais me diriger vers un métier plus artistique car je ne m’épanouissais pas assez dans l’architecture. 

Parmi mes hobbies, il y a bien sûr la photographie et l’écriture. J’ai montré mes premiers écrits, il y a 3 ans, à ma famille et mes amis. J’ai eu des retours positifs donc j’ai continué. Je vis à Toulouse, c’est la plus belle ville de France ! (rire)

Lise : Tu mêles illustrations, textes et photographies sur ton site : www.brumelune.net , quelle est la genèse de ce projet ? 

J. : A la base, c’est un sacré bordel ce site ! (rire) Je voulais faire un portfolio pour l’école. Je fais des photos depuis que j’ai 10 ans. Quand mes parents ont divorcé, c’était mon premier moyen d’expression. J’avais 7 ans et je n’arrivais pas à exprimer ce que je ressentais. J’ai alors commencé à prendre des photos qui retranscrivaient mon moral. L’écriture est venue plus tard. Pour palier à mes problèmes d’orthographe, j’ai beaucoup lu au collège. Je passais même des nuits blanches à lire! (rire)  Ce sont ces lectures qui m’ont donnée envie d’écrire. 

Il y a un an et demi, j’ai développé le projet de faire un livre et j’ai été approché par plusieurs maisons d’éditions. L’idée d’illustrer mes écrits m’est alors venue. Je me suis inspirée de @rupikaur_ dont j’adore le travail et j’ai rajouté des touches lunaires. On m’a déjà dit que la trame de mon site s’articulait de la façon suivante : le soleil, la lune, les fleurs. Ces thématique reviennent souvent dans mes créations.

Lise : Tu dessines à l’aide d’une tablette ou sur du papier ? 

J. : Pour l’instant, je ne dessine que sur du papier avec un stylo noir. 

Lise : Concernant ton livre, tu vas rester sur un format : texte, illustration, photo ? 

J. : Mon livre regroupera de courts poèmes, des sortes de billets d’humeurs d’un moment précis. Les chapitres seront construits selon les humeurs.  

Lise : Dans tes textes, tu parles d’émotions et d’amour avec des mots forts et poignants. T’es-tu inspirée de ta propre histoire ?

J. : Il y a deux raisons pour lesquelles j’écris :  c’est soit quelque chose que l’on m’a dit, un conseil que l’on m’a donnée ou une discussion que j’ai eu. Je me réapproprie alors les mots que l’on me dit et en fais une citation. 

Dans l’autre cas de figure, je raconte mon histoire personnelle. Je suis hypersensible et mes émotions sont donc décuplées. Mes textes touchent le plus souvent à mon copain et à mes proches. Quand j’écris, c’est pour ne pas oublier un souvenir qui s’est passé dans ma vie. J’écris des choses que j’aurais aimé que l’on me dise pour aller mieux. A l’aide de l’écriture, je m’auto-thérapise ! (rire) 

Lise : Quels messages veux-tu faire passer à travers tes textes ? 

J. : Pendant mon enfance et mon adolescence, j’ai eu tendance à vivre au travers du regard des autres. J’annulais mes besoins personnels pour plaire aux personnes que je côtoyais. Mon auto-thérapie est d’arriver à me dire que je suis comme je suis et que l’on m’accepte telle que je suis sinon tant pis. Je ne changerai pas pour des personnes. Le message que je veux faire passer est de s’accepter telle que l’on est et ne pas tout accepter des autres. 

Lise : Parmi tous tes textes, lequel es-tu la plus fière d’avoir écrit ? 

J. : C’est celui qui représente le plus ce dont je te parlais précédemment, le fait de rester soi-même, de profiter de la vie sans se focaliser sur le regard des autres  : 

et tu danses en culotte dans ta cuisine, ta tasse de thé brûlante à
la main
les fenêtres sont ouvertes
les voisins sont encore éveillés et ils te regardent
ils te regardent
tomber amoureuse d’être en vie

© Juliette Sophie Pujol, Brume Lune

Lise : Des auteur(e)s fétiches ou des comptes Instagram qui t’inspirent ?

J. : Pour les comptes Instagram, je dirais le compte de @_lucasclavel, c’est un auteur qui publie des recueils de poèmes. Il écrit sur la façon de penser féminine. Mes deux auteur(e)s préférés sont : @rupikaur_  et Agnès Martin Lugand.

Lise : D’autres projets en cours ?

J. : Mon livre est mon principal projet ! Mes études vont m’aider à approfondir mes connaissances en dessin.

Lise : As-tu une citation d’un auteur que t’aimerais partager ?

J. : C’est une citation que j’ai failli me faire tatouer et que j’adore depuis que j’ai 12 ans : « Vivre sans volupté, c’est vivre sous la terre ». C’est un poème qu’a écrit Ronsart pour Hélène.

Où retrouver Juliette ?

Site internet

Instagram 

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Résoudre : *
24 × 3 =